Rupture – Prospective : Papeteries Darblay – Corbeil-Essonnes 7/7

Conclusion

Dès 1970, les difficultés s’accélèrent ainsi qu’une note de la Direction des Renseignements Généraux l’atteste, s’appuyant sur la concurrence allemande (prix <10%) l’augmentation des pâtes à papier américaines et l’augmentation de 50% sur le fuel (6) .

Face à la concurrence internationale, après la seconde guerre mondiale, mondernisation et restructuration n’ont pas été à la hauteur.

L’histoire des papeteries confirme qu’il y a eu rupture à plusieurs stades, social, écologique, urbain, tant au début de l’aventure que à la fin du 20ème siècle. Les modifications ont suivi l’économie internationale. Si elles ont abouti à des ruptures, c’est bien parce que, tant les pouvoirs publics que la direction de l’entreprise, n’ont à aucun moment « prévu » ces ruptures et anticipé leurs effets.

Les attitudes remarquées face aux évènements ont été soit PASSIVES, soit REACTIVES. Face à cela, aucun scénario n’était envisageable (7). Les études et remarques produites ne sont que financières ou technologiques. Une réaction pour le moins préactive ou proactive, face aux mutations profondes économiques auraient pu conduire les décisionnaires à une évolution moins rentable à court terme mais plus efficace à long terme. Même récemment, on ne retrouve aucun des outils de la prospective pour réfléchir à ces devenirs probables et improbables. Les réunions publiques ne répondent pas au besoin participatif exploratoire, mais au désir d’information et de création d’un langage commun.

Ce qui ressort de cette étude est que la constatation même de la rupture prouve son existence, mais pas son anticipation, sa prévision. Elle est «aboutissement, révélateur de changement» (8)  débouchant sur une résilience du territoire.

Le grand omis dans tout ce cheminement est sans aucun doute l’Homme. Perdu dans les réflexions dites « stratégiques », sacrifié sur l’autel du « sauvetage économique », l’industriel et le politique ont ignoré l’outil le plus riche pour construire des réflexions préactives et proactives (conduisant à la prospective): l’humain.

(6)Direction des Renseignements Généraux – note du 14/10/70 en pièce jointe

(7)M. Godet – Manuel de prospective stratégique (T.2 L’art et la méthode)

(8)Philippe Durance – Penser la rupture

Partagez

D'autres articles à lire en lien avec le sujet

  • Rupture – Prospective : Papeteries Darblay – Corbeil-Essonnes 2/7 La rupture est définie, en prospective, comme « un changement...
  • Rupture – Prospective : Papeteries Darblay – Corbeil-Essonnes 1/7 Résumé du travail fourni en prospective pour le CNAM  –...
  • Rupture – Prospective : Papeteries Darblay – Corbeil-Essonnes 6/7 Résilience Dès 2006, des visites sont organisées pour les élus...
  • Rupture – Prospective : Papeteries Darblay – Corbeil-Essonnes 5/7 Actions – Réactions Une première phase d’intervention économique aura lieu...
  • Rupture – Prospective : Papeteries Darblay – Corbeil-Essonnes 3/7 Histoire Corbeil-Essonnes , ancienne préfecture de l’Essonne, chef-lieu de canton,...
  • Cette entrée a été publiée dans Prospective, avec comme mot(s)-clef(s) , , , . Vous pouvez la mettre en favoris avec ce permalien.

    Laisser un commentaire

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *