Rupture – Prospective : Papeteries Darblay – Corbeil-Essonnes 2/7

La rupture est définie, en prospective, comme « un changement majeur et brutal, impactant fortement l’évolution d’une ou plusieurs variables ou encore d’un système »1.

Larousse nous fait plusieurs propositions :

♦ Fait, pour quelque chose, de se rompre, sous l’effet d’un effort excessif ou trop prolongé ou d’un choc

♦ Fait, pour un état, une action, d’être interrompu brusquement

♦ Action de considérer comme nul un engagement, un acte public ou particulier

♦ Cessation soudaine et marquée de l’accord, de l’harmonie qui existait entre des éléments

♦ Fait, pour des personnes, de cesser d’entretenir des relations

Autant d’états, d’actes, que nous retrouverons dans une rupture territoriale, économique, philosophique, sociale et urbaine.

La brutalité, la soudaineté de la rupture doivent être évaluées à la mesure de la relativité du temps. Si la rupture peut sembler brutale et soudaine, il n’en reste pas moins qu’elle est issue de multiples micro ruptures, elles-mêmes invisibles, inattendues et pourtant bien réelles.

Gabillet, en 1999, insiste sur le fait que la rupture, le plus souvent brutale, est parfois progressive. Dans tous les cas, elle n’est reconnue comme telle qu’une fois passée .(2)

L’histoire d’un espace urbain, d’un territoire s’inscrit souvent dans l’histoire de ses entreprises, que l’on s’intéresse aux origines de celles-ci, à leur rôle dans la ville, ou à la géographie de tous ses acteurs.

A l’échelle locale, on peut mesurer l’emprise industrielle grignotant certains espaces, faisant apparaître certaines nuisances, et cloisonnant certains quartiers par rapport au reste de l’agglomération.

Par ailleurs l’espace occupé par et autour une usine peut apparaître comme réserve foncière pour l’extension industrielle, d’une part, et pour des projets immobiliers spéculatifs d’autre part.

Ainsi la ville d’Essonnes, puis Corbeil-Essonnes à partir de 1951, a-t-elle connu un processus d’industrialisation spécifique avec changements sociaux et urbanisation remarquables.

(2) Philippe Destatte et Philippe Durance, Les mots clés de la prospective territoriale

Partagez

D'autres articles à lire en lien avec le sujet

  • Rupture – Prospective : Papeteries Darblay – Corbeil-Essonnes 1/7 Résumé du travail fourni en prospective pour le CNAM  –...
  • Cette entrée a été publiée dans Prospective, avec comme mot(s)-clef(s) , , , . Vous pouvez la mettre en favoris avec ce permalien.

    Laisser un commentaire

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *